Des nouvelles et des projets pour Bert-Jan et Julie

Bonjour Pamiers,

D’abord nous voulons vous remercier pour votre confiance depuis des années. C’est toujours avec plaisir que nous venons livrer chez vous. Nous sommes toujours très contents de vos compliments mais nous aimerions aussi savoir quand vous avez un souci avec un produit dans votre panier, n’hésitez pas à nous en faire part.

Comme l’année dernière je vous donne quelques nouvelles de notre ferme.

Nouvelle associée

Le plus important est que Phoebe qui avait assuré les livraisons à la fin de l’année dernière est retournée aux États Unis pour des raisons familiales et c’est Julie qui a repris sa place. Julie était déjà depuis quatre ans ma colocataire et nous aidait souvent à la ferme.

Cette année a été un peu bizarre pour nous. Pendant le premier confinement et l’été qui a suivi nous avons très bien vendu. Il y avait vos commandes supplémentaires mais aussi les marchés qui fonctionnaient très bien. On a bien vendu, voire trop bien. Fin Août nous n’avions plus de stock et nous avons même arrêté les marchés. La situation s’est aggravée avec la sécheresse de fin juillet à fin septembre. Les vaches ont produit beaucoup moins de lait.

Les petitsArticle1

Depuis deux ans nous ne séparons plus les veaux de leurs mères à la naissance. C’est une pratique très rare dans les élevages laitiers et aussi en agriculture biologique. Chez nous la séparation se fait progressivement. Après quatre mois les veaux ne boivent que chez leur mères après la traite. Les raisons de cette méthode sont d’un côté éthique et de l’autre, aussi important, la diminution des besoins en antibiotiques liés aux problèmes de  santé de la mamelle. Les besoins sont diminués de 80% environs. Sur nos 23 vaches laitières, nous avons cette année traité seulement deux cas graves. Tous les veaux restent à la ferme. Les femelles deviennent vaches laitières chez nous ou sont vendu vers 2-3 ans. Les mâles sont castrés et deviennent de vrai bœufs et sont vendus vers 5 ans environ.

L’année passée nous avons réalisé quelques projets.

Nous avons planté 150 mètres de haies. Toutes les plantes ont survécu sans arrosage et malgré la sécheresse que nous avons subit de fin juillet à fin septembre. Le paillage avec du vieux foin a été très efficace. Nous avons planté des haies pour plusieurs raisons. Premièrement pour la biodiversité mais aussi pour des raisons de fertilité du sol et d’ombre pour les animaux (plus tard). Les arbustes sont encore très petits mais je crois qu’ils vont bien partir cette année.

Depuis le 31 mars 2020 nous sommes en conversion bio. Cela veut dire que tous les produits que nous utilisons à l’exploitation sont d’origine biologique. Hors les aliments pour les vaches il n’y a pas beaucoup que changement. Depuis déjà dix ans nos terres n’ont vu aucune substance chimique. Les aliments sont malheureusement plus chers (presque le double du prix) et c’est pourquoi les prix de nos produits vont augmenter un peu.

Cet automne nous allons donner une vrai place de couchage pour les vaches. Nous allons mettre en place des tapis en caoutchouc. Cela apportera plus de confort pour les vaches en hiver, mais aussi évitera les glissades sur le béton. Le béton en vieillissant devient glissant. Notre étable a été construite en 1976.

Aricle2Pendant les belles journées d’automne on s’amuse avec le nettoyage des bords de champs. Sur certaines parcelles c’est vraiment nécessaire. On gagne parfois 5 mètres sur les bords de la parcelle. Sur une parcelle de 2ha on gagne 10% en surface. Le bois sera déchiqueté et va servir cet hiver comme paillage en couche de 15-20 cm autour des râteliers du foin. L’hiver prochain, après un compostage nous pourrons l’épandre comme fertilisant très riche en matière organique.

Cette année nous avons commencé un test. Notre problème est que nous n’avons jamais assez de foin pour le nombre d’animaux que nous avons. Pour trouver une solution, cet automne nous avons semé sur deux parcelles (3,4 ha) un mélange d’avoine, de seigle, d’herbe et de légumineuses comme les trèfles et la luzerne. Le but c’est d’avoir du pâturage en fin d’hiver en forme d’avoine et de seigle, que va avoir poussé d’environs 15-20 cm. Dans les mois qui suivent c’est le mélange herbe et légumineuses qui va prendre le dessus et qui nous permettre de récolter du foin de bonne qualité. Une façon de faire deux « récoltes» avec différentes plantes qui sont semées au même moment.

Les projets pour l’année prochaine :

  • Nous allons continuer à planter des haies.

  • Achat d’un van pour que nous puissions transporter des animaux à l’abattoir. Dès que possible nous allons pratiquer l’abattage à la ferme. Pour en savoir plus je vous recommande la vidéo sur YouTube sur une ferme dans le Bourgogne : https://www.youtube.com/watch?v=9S5xSM9TjRc

  • Nous avons toujours le projet d’habiller les caisses de camion dans lesquelles nous transformons notre fromage. En effet ce sera une façade en bois avec un toit végétal. Nous espérons commencer cet hiver.

Pour ceux qui s’ennuient à la maison: vos mains (et le reste de votre corps) sont toujours bienvenus pour nous aider à rendre notre petite exploitation un peu plus belle.

Enfin, nous vous souhaitons une fin d’année chaleureuse et conviviale.

Bert-Jan et Julie