Compte-rendu de l'Assemblée Générale 2019

L'AG de l'AMAP a eu lieu le 24 mars par un beau dimanche ensoleillé, au hameau de Bouche chez nos maraîchers Iza et Angel.

Christine nous a fait part du bilan d'activité de l'année 2018 où le nombre d'adhérents s'est élevé à 53 (hors producteurs.trices). En 2019, 37 familles sont à jour de leur cotisation, 13 restent en attente, ce qui ferait 50 + 9 producteurs.

Deux contrats se sont terminés pour lesquels il va falloir chercher une alternative : .

  • L'arrêt du miel, lié à des difficultés professionnelles et personnelles des productrices, associées à un éloignement. L’assemblée regrette un certain déficit d’explication lors de l’arrêt. Il serait intéressant de proposer un autre contrat miel, cela permet de poser la problématique de l’apiculture et de la pollinisation. Angel propose de faire un sondage auprès des amapien.nes lors d’une distribution (avec l’appui de Louise), pour connaître les besoins/envies des mangeur.euses. Suite à quoi, on contactera un.e producteur.trice. .
  • Le fromage de chèvre : Audrey et Marc ont vendu le troupeau. L’appam AMAP a été contactée par M. Madeleine fils, qui fait les marchés à Pamiers, installé sur Belpech. Lucie va le contacter, voir ce qu’il peut proposer (plus il y a de variété de produits/de conditionnement, plus il y a de mangeurs potentiels). Marc ou Audrey pourraient nous aider en allant voir ce nouveau producteur, à défaut, un tuteur du réseau. Par la suite, il faudrait caler une date pour une présentation des produits sur une distribution.

Depuis le début de l'année 2019, nous avons organisé  -

  • un repas en février avec un changement de formule, puisque Dominique a été prestataire de service. -
  • et l'AG statutaire de ce jour, avancée pour profiter de la venue d’Alfredo dans l’après-midi pour échanger autour de la problématique de la terre et de la paysannerie en Colombie.

La question se pose également du turn over : une association ne vit que si des énergies nouvelles s’y investissent, qu’il s’agisse dans notre cas des référent.es ou des membres du bureau. Pour y réfléchir, le bureau propose de réaliser un profil du mangeur amapien, (situation familiale, motivation, desoins, souhaits …).

Concernant les producteurs : •

  • Laitages de vache : Bert Jan a trouvé une associée à partir de juin, Phoebe, qui a une formation forte sur le fromage et va peut-être pouvoir proposer une diversification de la production (camembert…). Donc mener une enquête sur les desiderata des consomm’acteurs. Au niveau de l’exploitation, l’absence de pluie cet hiver met Bert-Jan en difficulté, les bêtes sont encore complétées au foin -> inquiétude par rapport à la suite.
  • Fromages de brebis, RAS
  • Viande bovine : Bart envisage de proposer des plats préparés en bocaux (carbonnade), ce qui lui permettrait d’écouler l’intégralité de la viande à chaque abattage.
  • Agneau, Virginie a eu des soucis de santé et ne peut être avec nous. 8 ou 9 contrats cette année, contre 11 en 2018. Baisse liée à une moindre consommation de viande ? Mais ce n’est pas vraiment un souci pour Samuel et Virginie, étant donné qu’ils ont d’autres amap, et que leur activité principale est le maraîchage. Le produit brebis hachée épicée a bien fonctionné. Cécile va tester le binôme pour limiter le nombre de commandes en ¼ d’agneau au profit du ½ agneau, qui est plus facile à traiter pour les producteurs.
  • Poulet et œufs : 36 contrats en 2018 contre 33 en 2019, mais avec un CA en hausse ( de 12056 € à 12436 €). Le test « Saucisse sèche » a été abandonné, la production étant trop aléatoire pour garantir les engagements. Par contre, les bocaux gésiers fonctionnent bien. Sur l’exploitation sont employés 2 ETP, ce qui permet à Mathias et Hélène de libérer un peu de temps. Les bâtiments sont finalisés. Louise envisage de faire l’omelette de Pâques sur leur ferme, et d’organiser une chasse aux œufs.
  • Pain : amélioration du goût, suite aux efforts de Laurent pour trouver un bon équilibre entre ses farines. Les amapiens sont très satisfaits. Laurent également. Il offre la possibilité de varier les pains chaque livraison, à condition de rester sur la même gamme de prix.
  • Légumes, Dominique Denjean souhaite interrompre la référence légumes. Elise Connord va dans un premier temps la seconder en binôme, pour aller vers une passtion pour 2020. Légère baisse du nombre d’adhérents avec 20 paniers + 12 ½ paniers. La période creuse arrive avec 6 semaines d’interruption, durant laquelle Angel et Iza travaillent beaucoup. Le climat aléatoire avec de grosses pluies d’été, de printemps complique le travail de la terre, la préparation des cultures, et la récolte (par exemple, impact important sur les carottes). Un autre souci est lié à la moindre pollinisation (donc cinq fois moins de courgettes…). Les endives sont arrivées tardivement, elles sont gérées sous tunnel, avec difficulté à gérer les variations de température. Angel et Iza souhaitent toujours être à 3 sur l’exploitation, mais s’orientent plus vers un emploi en CDI que vers une association. Ils sont en recherche de terres pour pouvoir répondre à une demande du collège de Lézat, qui souhaite se fournir en bio et local. •
  • Fruits : Jean a eu un accident et s’est blessé au bras en tombant d’un toit. Son bras se remet peu à peu. Le problème de la gravière dont il nous avait parlé lors de l’AG de l’année dernière est toujours d’actualité. Jean souhaite rencontrer le nouveau président de la chambre d’agriculture à ce propos. Une enquête publique est ouverte (par rapport a la circulation des poids lourds ?) Une idée : des paniers garnis à Noël ? des propositions exceptionnelles ?

Enfin le Conseil d'Administration a été réélu à l’unanimité. Il est constitué de tou.tes les référent.es, de tou.tes les paysan.es et de Christine. Un nouveau bureau s'est également proposé avec Pascale Quérol à la présidence, Lucie Régnier et Mickaël Trovallet à la trésorerie, Marielle Mourlane et Bernard Brunet au secrétariat.

Quelques photos de la journée :

GAEC de Bouche AG Amap

AG de lAMAP 1

Blettes GAEC de Bouche