L'histoire

Issu d’une famille d’agriculteurs suisses, Mathias choisit dans les années 90 de venir s’installer en France et trouve une première opportunité dans la Nièvre. Mais c’est en 1999 qu’il décide de s’installer à Gaillac-Toulza, après avoir racheté une exploitation céréalière conventionnelle pour laquelle il met immédiatement en route le processus de conversion en agriculture biologique.

Il s’agit d’emblée d’un projet avicole en bio, poules pondeuses dans un premier temps auxquelles viennent se rajouter des poulets de chair un an plus tard, lorsque Hélène (qui travaillait dans l’humanitaire) vient rejoindre Mathias sur l’exploitation.

L’exploitation va donc rapidement se développer , il s’agit en effet de faire vivre une famille et même à terme de pouvoir embaucher des salariés afin d’avoir également un peu de temps libre.

La production d’œufs avec les premières 500 poules, va immédiatement rencontrer une forte demande. Elle coïncide en effet avec l’émergence des magasins bios et en particulier des Biocoop de Toulouse qui vont devenir les principaux clients de la ferme de Grillet.

Les poulets quant à eux vont très vite trouver des débouchés auprès des Amap qui se créent sur Toulouse et dans les grandes entreprises. C’est en 2007 que le contact sera pris avec l’Amap de Pamiers dont une des premières assemblées générales se tiendra à la ferme de Grillet.

L’exploitation emploie aujourd’hui deux salariés à temps plein et trois salariées à temps partiel qui habitent tous dans les environs de la ferme. Son développement exige des frais salariaux et des investissements permanents, qui laissent peu de moyens pour la rémunération d’Hélène et Mathias. Seule consolation financière, le capital qui se constitue et dont ils espèrent pouvoir tirer profit lorsqu’il partiront à la retraite.

La ferme

La ferme exploite une centaine d’hectares (dont la moitié en fermage), cultivés en céréales pour la nourriture de volailles. L’objectif est d’arriver le plus possible à l’auto-suffisance, mais il y a des bonnes et des moins bonnes années qui nécessitent d’acheter à l’extérieur, si possible dans le Sud-Ouest (tourteau de soja par exemple), sauf les graines de Sésame qui sont importées d’Afrique (le tout certifié bio bien sûr).

Des silos et un broyeur-mélangeur permettent à Mathias de préparer lui même les mélanges sur-mesure pour ses poules et ses poulets.

Les 6000 poules pondeuses sont abritées dans deux grands hangars qui s’ouvrent sur un parcours extérieur et qui comprennent des systèmes d’alimentation en eau et nourriture ainsi que les pondoirs qui permettent de récupérer les œufs par l’intermédiaire d’un tapis roulant.

Les 3 000 poulets sont abrités dans des cabanes mobiles qui sont déplacées dans un champ de façon à ce qu’ils puissent toujours avoir accès à la terre et à l’herbe. Ils sont achetés à des naisseurs spécialisés et abattus au bout de quatre mois. Mathias réalise lui même l’abattage et le conditionnement au sein d’un groupement de producteurs constitué en CUMA, à Salles-sur-l’Hers dans l’Aude.

La production

Les poules pondeuses produisent 5000 œufs par jour, soit 1 825 000 œufs par an, vendus à 99 % dans les magasins bio ! Mathias achète les poules à l’âge de 17 semaines auprès d’éleveurs spécialisés et leur laisse le temps de monter en production.

250 poulets sont commercialisés chaque mois, essentiellement auprès des Amap.

Mais la ferme de Grillet propose aussi de la délicieuse saucisse de poulet ainsi que des bocaux de gésiers qui font merveille pour accompagner (par exemple) une salade d’Isa et Angel.

Ferme du Grillet

Mathias et Hélène BAUMGARTNER
Ferme du grillet
31550 GAILLAC-TOULZA