L'histoire
Après un BTS en horticulture et une première expérience professionnelle en jardinerie ainsi que chez des producteurs dans l’agglomération toulousaine, Nicolas décide en 2002 de revenir vivre au pays en réhabilitant la ferme de La Moussoune située sur la propriété familiale du Mas d’Azil.
Encadrant technique pendant huit ans au sein d'une association d'insertion socio-professionnelle au Mas d'Azil, qui permet aux personnes éloignées de l’emploi de reprendre pied dans le monde professionnel, il va ensuite intégrer la pépiniére créée par un de ses frères, entreprise de production horticole à Taurignan-Castex durant huit années.
Il faudra donc attendre encore quelques années pour que ce fils d'ex-agriculteurs pense à s'installer à son tour.
Grand ramasseur de champignons, il s'intéresse à la mycologie, cherche des renseignements sur Internet, discute avec des professionnels, consulte des ouvrages spécialisés et après un an et demi de réflexion, décide en 2019 de créer son activité de production de champignons.
L’appui financier familial et de la région Occitanie lui permettent de réunir les fonds pour la construction de sa première serre et l’acquisition du matériel nécessaire à la gestion climatique, point primordial pour la culture des champignons.
En décembre 2019 la ferme rentre en production avec une première mise en culture, la recherche des premiers clients, le début d’une nouvelle aventure ..
La ferme

Une première serre abrite la production des champignons. Il s’agit d’un tunnel constitué d’arceaux recouverts de plastique horticole, lui-même recouvert d’une épaisse couche d’isolant thermique.
La climatisation est assurée par un dispositif de "pad-cooling" qui comprend d’un côté deux filtres en cellulose dans lesquels circule un rideau d’eau et, de l’autre côté deux ventilateurs permettant de créer un flux d’air qui maintient la température entre 13° et 17°.
Un système de rampes à brumisateurs permet de son côté de maintenir une hygrométrie comprise entre 80 et 90 % en fonction des stades de culture. L’éclairage est assuré par des lampes à led qui permettent de reproduire le cycle jour/nuit dont ont besoin les champignons. Le tout est piloté de façon automatique depuis un local technique dont les tableaux de bord permettent de régler les paramètres.
A l’intérieur de la serre trois rangées d’étagères accueillent sur des claies les ballots de paille mycorhizée sur lesquels poussent les champignons.
Dans le prolongement de la maison d’habitation, un local de stockage et de conditionnement abrite une chambre froide et un déshydrateur en construction.
Une seconde serre est en construction qui devrait être bientôt opérationnelle. Elle permettra de séparer la production des shiitakés et des pleurotes qui nécessitent des besoins de climatisation différents.

La production

Le Shiitaké pousse sur un substrat constitué de paille de blé grossièrement broyée, enrichie d'additifs (calcium, protéines ...) et pasteurisée à 65°C, pour détruire les parasites animaux et certaines bactéries. Il est ensuite ensemencé avec le mycélium. Les ballots de paille ainsi mycorhizés, certifiés bio, produits par l’entreprise Eurosubstrat basée dans le Finistère, arrivent jusqu’à la ferme de la Moussoune en camion réfrigéré à raison de deux tonnes tous les mois. Ils sont ensuite installés dans la serre afin de commencer leur cycle de production de quatre mois qui donnera quatre grosses récoltes. Une fois « épuisés », les ballots de paille pourront être recyclés sous la forme de compost.
La culture de la pleurote démarrée par Nicolas dans un deuxième temps, suit le même processus avec toutefois des différences d’hygrométrie.
Commercialisés au début sur les marchés locaux, les champignons de La Moussoune séduisent leur clientèle et trouvent par la suite un beau débouché auprès des Amap de l’Ariège et de Toulouse. Les halles fermières mises en place pendant le confinement par la Chambre d’Agriculture de l’Ariège ainsi que plusieurs points de vente du producteur au consommateur et quelques Biocoop, ont permis à Nicolas de développer sa production et d’atteindre un début d’équilibre économique en un peu plus d’une année.
Nicolas vend ses champignons en frais et déshydratés. Un projet de transformation (pâté végétal) est également dans les cartons.

Le panier

Nicolas propose à l’Amap dix livraisons par an (tous les mois sauf en juillet et en août) avec la possibilité de choisir dans le contrat différentes quantités de shiitakés frais ou déshydratés ainsi que des pleurotes fraîches.

Lire la fiche sur le shiitaké en cliquant ci-dessous : 

Ferme de Moussoune

Nicolas SUPÉRY
Moussoune Productions
09290 LE MAS D'AZIL